Une Uchronie, c’est quoi ?

Pour qui n’est pas familier des fictions d’Isaac Assimov, Ray Braburry ou Philip K. Dick, “uchronie” n’est qu’un mot barbare. Voire un truc de geek… Pourtant c’est un style littéraire bien vivant auquel Winston Churchill s’est lui même essayé. (If Lee Had Not Won The Battle Of Gettysburg – 1931)

Nous devons ce terme à Charles Renouvier (Uchronie, l’utopie dans l’histoire – 1857) pour désigner un “non-temps” (u-chronos), soit une époque qui n’existe pas, un ligne temporelle différente de la notre.

L’Uchronie repose sur la réécriture de l’histoire à partir de ce qu’on appelle “point de divergence”. Ces points bien connus des amateurs du genre sont souvent liés à des événements symboliques d’une période de l’histoire. Les anglophones utilisent couramment alternate history (histoire alternative) ou alternate world (monde alternatif).

Le texte uchronique le plus ancien remonte à Tite-Live (lat. Titus Livius – 59 av. J.C. – 17 ap. J.C.). Toutefois, l’une des œuvres les plus marquantes en la matière est Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick, publié en 1962, qui contient également une mise en abyme.

Dans le texte de Dick, notre point de divergence repose sur l’assassinat de Franklin Roosevelt à Miami, en 1933, par Giuseppe Zangara, un anarchiste italien. En conséquence de quoi, les Etats-Unis ne parviennent pas à sortir de la grande dépression et restent figés dans leur neutralité face à Hitler. Les nazis gagnent la seconde guerre mondiale et se partagent le monde avec leurs alliés.

Et la mise en abime dans le roman de Dick ? C’est un livre qu’on s’échange sous le manteau : Le Poids de la Sauterelle. Il raconte une version de l’histoire que nous connaissons mieux…

De nombreux exemples d’uchronies fourmillent en littérature, au cinéma, en bd, dans les séries télés et les jeux vidéos. Peut-être parce que nous rêvons tous de réécrire l’histoire un jour. Mais c’est d’abord un jeu des possibles dont le but est d’apporter ou de susciter une réflexion nouvelle sur notre présent. Parfois en penchant vers l’utopie, parfois en se noyant vers la dystopie noire.

Parfois l’uchronie est évidente, voire brutale. Mais il se peut que vous soyez confrontés à des œuvres où elle est plus subtile, vous amenant progressivement à remettre en question vos repères habituels, voire les passages déjà lus avant de connaître le point de divergence. Les détails d’une description ou d’une image sont rarement anodins…